•  
  •  

Comme nous l’avons vu, la technique orthopédique se base sur la formule du levier. Un sabot est d’aplomb lorsque l’axe phalangien « G » est centré, comme sur la figure a. Les différentes forces ou poussées en présence s’égalisent. Si ce même axe phalangien « G » est décentré, comme sur la figure b, il provoque une augmentation de poussée  unilatérale (Fb). Dans ce cas, la surcharge accumulée est compensée par une réaction de la paroi qui se met à la verticale  pour stabiliser le pied, c’est ce qu’illustre la figure c, avec pour conséquence un évasement de la paroi du côté non chargé. Désormais le sabot est déformé dans son usage biomécanique, ce qui a une influence négative  sur l’appareil locomoteur du cheval. Sans traitement adéquat, le point de charge «G» va continuer à s’éloigner de plus en plus de son centre et provoquer, à terme, un basculement de la paroi portante et même un enroulement du talon, c’est ce qu’illustre la figure d.
Il est donc primordial de traiter le sabot, de telle sorte que la paroi portante soit soulagée et que la paroi évasée -le côté non portant - retrouve sa forme initiale, que les forces et les poussées s’équilibrent à nouveau. Donc que le sabot soit à nouveau d’ aplomb.


Ce phénomène mécanique peut tout aussi bien intervenir dans le sens latéral du sabot, entre la pince et les talons. Selon la position de la charge «G», les talons peuvent s’enrouler ou être fuyants.

L’origine de non-conformité des sabots peut être congénitale, ce qui est rare. Le plus souvent elle est acquise suite à un entretien inadéquat.

sos-sabot sàrl
Rte de la Montoie 3
CH - 2953 Fregiécourt

+41 (0)79 330 11 88
e-mail...