•  
  •  

Le sabot joue un rôle central dans l’ensemble de la locomotion du cheval. Son élasticité et sa constitution morphologique amortissent les charges importantes subies pendant le mouvement ou lorsque l’animal est debout au repos, lui conférant ainsi une adhérence au sol idéale. C’est une structure parfaitement accordée, formée de diverses couches de chorion, de cartilages, de tendons, de ligaments, d’os, d’artères et de veines. Si la corne protège efficacement à l’extérieur, son intérieur, quant à lui, est très sensible.
Dans le mouvement de locomotion, les talons touchent le sol normalement avant la pince et participent à la charge dynamique, ensuite le mécanisme du sabot active les « pompes à sang » qui sont très importantes pour la vascularisation et l’approvisionnement en énergie du pied. Voici trois anomalies typiques du pied, que l’ on retrouve quasiment chez tous les chevaux avec une gravité plus ou moins prononcée:

APPUI UNILATÉRAL

Cette conformation entraîne une fatigue des ligaments et de l’appareil suspenseur du boulet ainsi que de la capsule articulaire et des os. Une surcharge constante aux ligaments favorise la formation de suros. Ainsi, les molettes articulaires du boulet, la forme du paturon et l’ossification des cartilages de la troisième phalange (P3), médiale ou latérale quel que soit l’appui unilatéral, sont des complications pathologiques fréquentes.

APPUI AUX TALONS

Le fonctionnement du sabot est fortement diminué. Les talons sont enroulés et le cheval marche sur ses glomes. Ainsi, la sole perd sa concavitée. Cette déformation rend la conformation extrêmement fragile. Les articulations du boulet et de la couronne sont sous tension permanente et surchargent les tendons, spécifiquement le tendon fléchisseur. La pince s’évase et le cheval est dérangé dans son allure.

APPUI EN PINCE

Cette disposition provoque une usure excessive des os, des tendons et des ligaments et ralentit évidemment toutes les allures. La biomécanique du sabot est bloquée. Le bord pariétal est très haut. Ce vice de conformation favorise la pousse de la corne inversée qui croît au-dessus de la couronne. La fourchette s’atrophie dans ces conditions et sa fonction est quasiment nulle. Le sabot n’est plus vascularisé, ce qui explique la mauvaise qualité de la corne.

Le sabot est ainsi entravé dans son fonctionnement physiologique normal, ce qui entraîne, par effet domino, le disfonctionnement des quatre sabots du cheval. Les douleurs induites et que le cheval cherche à atténuer en adoptant une posture de ménagement, influencent évidemment la musculature et le système nerveux.

Le vieil adage reste d’actualité: «pas de pieds, pas de cheval»! Il faut donc rester vigilant dans l’entretien des sabots de votre cheval et ne pas hésiter à se renseigner auprès de votre professionnel.

sos-sabot sàrl
Rte de la Montoie 3
CH - 2953 Fregiécourt

+41 (0)79 330 11 88
e-mail...